Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
au-pied-de-mon-arbre.over-blog.com

des histoires de famille , des rencontres improbables , etc.....

#RDVAncestral : rencontre surprise

Comme à chaque fois que je prépare ce challenge, je ne sais jamais qui je vais rencontrer. C'est le flou total cette semaine. Je grimpe dans mon arbre et je n'ai pas bien haut à monter pour me retrouver à Rive de Gier, rue Sadi Carnot, là où se trouvait le bar ripagérien  de celui qu'on appelait tous le grand père BRUYAS mais qui était en fait notre arrière arrière grand père. Mais en grimpant dans mon arbre , j'ai aussi remonter le temps... Me voici  juste après la seconde guerre mondiale, années49/50.  Mais je ne suis pas du tout devant le bar... mais où suis je alors??? Devant le 14 de la rue Jules Ferry.... cette adresse ne me dit pas grand chose. Il faut que je trouve un lien avec ma famille. Mais je ne peux pas faire comme ça des allers et retours dans le temps et l'espace. Tant pis , je sonne à cette adresse.... on verra bien..Cette rue s'appelait autrefois , rue vieille des Vercheres, juste derrière la fameuse rue Sadi Carnot qui est devenue la rue Claude Drivon. Ces changements de noms nous compliquent parfois la tâche.

On m'ouvre la porte, une femme, entre 75 et 80 ans, et une autre qui doit être sa sœur m’accueillent. Ça y est, je les reconnais, ça a fait tilt dans mon petit cerveau. Ce sont les sœurs de mon arrière grand mère, Marie Mathilde : Marie Victorine et Claudine Pierrette que tout le monde appelle Gladys.

    

-Bonjour, entrez vite, il fait un froid de canard. Vous devez être gelée Que venez vous faire en ce mois de janvier.

- Bonjour, je viens présenter mes voeux à mes grands tantes.... (comment leur expliquer qui je suis ? ) 

-Mais je te connais, tu es la fille de Jean et Suzanne, leur petite dernière, c'est ça ? 

-Oui, tout à fait. 

-C'est toi qui raconte des histoires de la famille sur le net ? Je les ai toutes lues, c'est pas mal du tout , mais tu n'as pas beaucoup parler de nous .... Faut dire qu'il n'y a sans doute pas grand chose à dire. mais quand même, nos vies auraient sans doute été différentes si on avait pu faire ce qu'on voulait !!!!

Un grand silence ..... Puis GLadys prend le relais :

-Tu sais qu'après la mort de notre sœur aînée, Marie Mathilde, notre père s'est empressé de nous caser pour qu'on ne fasse pas la même bêtise qu'elle.... Je ne sais pas où il a été les chercher, ces hommes , tous les deux originaires de Suisse..... Marie Mathilde est morte en janvier 1884, il mariait Marie Victorine en avril et moi en mai de la même année....Son homme, à la Victorine, était garçon de café... ça devait arranger le père, mais pas Victorine... elle ne pouvait pas le supporter... heureusement , (enfin façon de parler) il est mort deux ans après...   Le mien était charcutier à Givors où j'ai mis au monde 4 enfants. L'un deux n'a pas survécu. Ma vie n'a pas été trop méchante, on a marié nos trois enfants juste avant que mon mari décède en 1929. Notre petit frère est mort en 1903 à 34 ans et notre petite sœur en 1892 à 21 ans en laissant un fils de 2 ans. Mes enfants étant casés, je suis revenue vivre avec ma sœur à Rive de gier. Elle tenait le café et moi je l'aidais.

-On parle, on parle, Veux tu un café? 

- Avec plaisir , j'ai oui dire que vous faites toujours du bon café. 

-Tiens, tiens qui donc t'a raconté ça, demande Gladys.

-c'est Marraine. Elle m'a même raconté que pendant la guerre, quand le sucre ne se trouvait qu'au marché noir et donc hors de prix, il y avait toujours une tasse "sale" pour un invité de marque. Il fallait bien remuer, car le sucre était au fond....En l'occurrence, l'invité de marque, c'était Louis son mari.

Sur ces paroles, elles partent toutes les deux dans un grand éclat de rire. Elles en pleurent  en se souvenant de cette anecdote.

-Hé bien, ma cocotte , tu nous a bien fait rire, ça faisait longtemps.... mais il se fait tard, il va bientôt faire nuit. Tu devrais rentrer chez toi.

- Oui bien sur, merci pour ce bon moment avec vous. Pensez à regarder internet, je vais surement raconter cet après midi. Il y a prescription, n'est-ce-pas ???

-Bien sur, reviens quand tu veux.  

Je les embrasse et je sors de la maison. Brrrr, ça caille dehors. Je suis un peu perdue..... Mais je me retrouve ici devant l'ordinateur en train de taper cette histoire. 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Superbe rencontre ! Et mélanger le passé avec le futur c est risqué mais parfaitement maîtrisé. Bravo !!
Répondre
C
Merci Christelle. Votre petit mot me touche.
C
Mais c'est vraiment charmant ! Bien agréable moment.
Répondre
C
Merci Catherine,